New York valide l’interdiction des véhicules zéro émission à partir de 2035

New York va interdire la vente de véhicules polluants d'ici 2035

L’état de New York rejoint l’objectif de l’UE d’arrêter les voitures thermiques neuves d’ici 2035.

New York valide bannir les véhicules thermiques d’ici 2035

Après la très progressiste Californie, c’est maintenant cette fois l’État de New York qui a débuté le processus visant à interdire la vente de véhicules neufs générant des émissions polluantes (diesel et essence en première ligne), dans les douze prochaines années, avant 2035. La gouverneure de l’état Kathy Hochul en a fait l’annonce officiellement le jeudi 29 septembre 2022.

L’édile avait déjà fixé cet objectif dans le courant de l’année 2021, mais avait du attendre sa validation définitive, que la Californie fasse adopter sa propre loi sur le sujet, pour des raisons juridiques. Une validation préalable faite en août dernier, ouvrant la voie aux conclusions du texte pour New-York.

Dans les étapes à venir désormais, la gouverneure Kathy Hochul a demandé à ses services de préparer les textes nécessaires et adaptés, avec la mise en place d’objectifs intermédiaires :

  • En 2026, 35% des ventes totales
  • En 2030, 68% des ventes totales

Avant l’atteinte du ratio complet (100%) des ventes, en 2035. 

À partir de 2035, toutes les voitures – qu’elles soient citadines, berlines, SUV, et même le très populaire pick-up – transportant des passagers devront être catégorisées comme « zéro émission », ce qui inclue :

  • les véhicules électriques
  • les hybrides rechargeables
  • les véhicules à hydrogène.

Ainsi, les véhicules « émetteurs », à essence et diesel essentiellement, sont donc de fait bannis.

La réglementation adoptée va aussi progressivement renforcer les normes pour les véhicules à moteur thermique, au fur et à mesure des années.

Le président américain avait signé, pendant l’été 2021, un décret ayant défini l’objectif qu’en 2030 la moitié des voitures vendues aux USA soient sans émissions.

Une mesure qui rejoint des engagements nationaux partout dans le monde

Sur le globe, des pays de plus en plus nombreux travaillent ces dernières années à limiter la pollution issue du secteur automobile. Sur le vieux continent, le Parlement européen a entériné, en juin 2022, la fin de la commercialisation des véhicules thermiques neufs, également à partir de 2035.

Avec une ligne d’horizon plus proche, et donc plus engagée, le Royaume-Uni, Israël et Singapour se sont déjà engagés sur la fin des ventes de nouveaux véhicules thermiques, avant 2030.

Très ambitieuse, la Norvège a acté cet engagement pour 2025.

Retrouvez Ariel Paper sur les réseaux :


Derniers articles dans cette catégorie :