Une amputation médicale de 31 000 ans mise au jour à Bornéo

Une amputation médicale il y a 31 000 ans a à Liang Tebo en Indonésie

Il y a 31 000 ans, à Liang Tebo, une amputation médicale volontaire repousse les connaissances médicales connues.

Une découverte pourrait faire remonter la plus ancienne amputation médicale connue, à 31 000 ans.

Nous rapportons ici la découverte des restes squelettiques d’un jeune individu de Bornéo qui a subi une amputation chirurgicale du tiers distal de sa jambe inférieure gauche, probablement alors qu’il était enfant, il y a au moins 31 000 ans.

L’individu a survécu à l’intervention et a vécu encore 6 à 9 ans, avant que ses restes ne soient intentionnellement enterrés dans la grotte de Liang Tebo, située dans le Kalimantan oriental, à Bornéo en Indonésie, dans une zone karstique calcaire qui contient certains des arts rupestres les plus anciens du monde.

Cette preuve précoce et inattendue d’une amputation réussie d’un membre suggère qu’au moins certains groupes humains modernes de recherche de nourriture en Asie tropicale avaient développé des connaissances et des compétences médicales sophistiquées bien avant la transition agricole néolithique.

Nature

Une amputation médicale réalisée il y a 31 000 ans

Dans la revue Nature, début septembre 2022, des archéologues issus de différentes universités ont révélé que la jambe d’un Homo sapiens qui vivait à Bornéo, il y a 31 000 ans, avait été amputée.

Le nommé TB1 était un jeune adulte, âgé d’environ 19 à 20 ans au moment de son décès. Une fouille minutieuse de sa tombe a révélé l’absence totale du pied gauche.

Une fouille minutieuse de l’élément funéraire contenant TB1 a révélé l’absence totale du pied gauche. Les fragments récupérés du tibia gauche et de la diaphyse du péroné, trouvés fléchis sous le fémur gauche, présentaient une croissance osseuse distale inhabituelle. La jambe opposée était articulée, avec tous les os du pied droit récupérés dans la tombe remodelé recouvre les surfaces d’amputation identifiées sur les fragments distaux gauches du tibia et de la tige du péroné, démontrant la guérison.

 Cela indique que le tiers distal de la partie inférieure de la jambe de TB1 a été retiré par amputation chirurgicale délibérée à la position des tiges distales du tibia et du péroné. Le type de traumatisme observé ne correspond pas aux descriptions cliniques de l’amputation non chirurgicale, sauf dans les cas de traumatisme moderne dans lesquels une grande lame métallique ou un processus mécanique a été impliqué. Les amputations non chirurgicales, généralement à la suite d’accidents, ne provoquent pas de section oblique propre et ne sont pas cliniquement enregistrées pour sectionner le membre inférieur du tibia et du péroné, comme c’est le cas pour TB1. Un traumatisme contondant résultant d’un accident ou d’une attaque animale provoque généralement des fractures comminutives et écrasantes.

Cela révèle l’une des plus anciennes méthodes d’amputation identifiées à ce jour.

Les chercheurs ont déclaré que la cause de cette amputation était probablement des problèmes de santé. En outre, les chercheurs attribuent la survie de l’homme aux connaissances médicales avancées de la communauté.

Un groupe d’archéologues d’Australie et d’Indonésie avait découvert TB1 en 2020. Ils ont découvert le squelette dans les régions montagneuses isolées de la grotte calcaire de Liang Tebo, dans le Kalimantan oriental, une province indonésienne située sur l’île de Bornéo.

La grotte de Liang Tebo, dans le Kalimantan oriental - Indonésie
La grotte de Liang Tebo, dans le Kalimantan oriental – Indonésie

S’agissait-il d’une attaque d’un animal sauvage ou d’une punition ?

Les archéologues pensent que la pied manquant a pu être sectionnée pour la première fois suite à l’attaque d’un animal sauvage. En outre, les archéologues, qui avaient évalué la possibilité que la jambe ait été coupée comme une punition, ont abandonné leur idée après avoir déterminé que la tombe appartenait à un individu très respecté.

L’amputation en tant que punition est considérée comme improbable, en particulier compte tenu du traitement attentif de l’individu dans la vie après l’amputation et lors de l’enterrement, ce qui n’est pas compatible avec une personne considérée comme déviante.

Il ne restait alors qu’une seule chose à faire : une amputation.

Amputation

« Cela réécrit notre compréhension du développement de ces connaissances médicales », a déclaré Tim Maloney, archéologue et chercheur à l’université Griffith d’Australie, qui a dirigé les recherches.

Selon les auteurs, la découverte révèle une foule d’informations sur les connaissances des chasseurs-cueilleurs de l’époque.

TB1 a évité les problèmes tels que la perte de sang fatale qui aurait pu se produire à la suite de l’opération, ce qui indique que la jambe avait été « soigneusement » amputée.

L’équipe affirme également qu’afin d’exposer et de faire cicatriser les veines, les vaisseaux et les nerfs, et d’éviter les pertes de sang mortelles et les infections, le ou les chirurgiens qui ont pratiqué l’opération il y a 31 000 ans devaient avoir une connaissance approfondie de l’anatomie des membres et des systèmes musculaire et circulatoire.

La précédente plus vieille amputation connue, il y a 7000 ans, en France !

La plus ancienne indication connue d’une opération chirurgicale médicale vient de l’étude des restes du squelette d’un agriculteur néolithique européen, trouvé à Buthiers-Boulancourt, en France. Son avant-bras gauche avait été enlevé chirurgicalement, puis partiellement guéri.

Datant d’environ 7 000 ans, ce cas d’amputation aurait nécessité une connaissance approfondie de l’anatomie humaine, et une compétence technique considérable, et a donc été considéré comme la première preuve d’un acte médical complexe.

Pour en savoir plus sur l’homme de Buthiers-Boulancourt.

L’article dans Nature sur TB1 et son amputation il y a 31 000 ans.

Retrouvez Ariel Paper sur les réseaux :


Derniers articles dans cette catégorie :