Cassie est le robot bipède le plus rapide du monde

Cassie robot bat le record du monde du 100m

Cassie est le plus rapide des robots bipèdes, mais également un grand pas dans la robotique.

Cassie le robot bat le record du monde du 100m

Inventé à l’Oregon State University College of Engineering, et produit par la société dérivée de l’OSU Agility Robotics, Cassie est un robot bipède rapide, très rapide. Un robot qui vient de battre le record du monde Guinness, en terminant un sprint de 100 m en 24,73 secondes très exactement !

Découvrez la course saisissant de Cassie pour battre ce record dans la vidéo dédiée :

Plus largement, Cassie peut courir à plusieurs allures différentes, mais a été spécialisée pour la course de vitesse. Une version précédente avait couru un 5km, en 2021, en un peu plus de 53 minutes. Et après cet exploit, les responsables de l’équipe se sont interrogés :

« Terminer un 5K était une question de fiabilité et d’endurance, ce qui laissait ouverte la question de savoir à quelle vitesse Cassie peut-elle courir ? » 

Ce qui a logiquement conduit l’équipe derrière Cassie à se concentrer sur la vitesse.

Des contraintes techniques fortes

Cassie a du être formée à l’équivalent d’une année d’entrainement complet dans un environnement de simulation, mais compressée à une semaine seulement grâce à une technique informatique, connue sous le nom de parallélisation. En fait, plusieurs processus et calculs se déroulent alors en même temps, permettant à Cassie de passer par une plus large gamme d’expériences de formation, simultanément.

« Nous avons commencé à nous demander quelles allures sont les plus efficaces à chaque vitesse ? » explique Devin Crowley, en charge du projet. « Ce qui a conduit à la première démarche de course optimisée de Cassie, et qui a abouti à un comportement étonnamment similaire à celui de la biomécanique humaine. » Mais la comparaison avec l’humain trouve deux limites fortes : Le robot a des genoux qui se plient comme ceux d’une autruche, et fonctionne sans caméra ni capteur externe, comme s’il était aveugle.

Une autre étape cruciale consistait à faire en sorte que Cassie puisse démarrer de manière fiable à partir d’une position verticale, courir, puis revenir à la position initiale, sans tomber. Alan Fern illustre ce défi avec une comparaison simple :

« Le démarrage et l’arrêt en position debout sont plus difficiles que la course, un peu comme le décollage et l’atterrissage sont plus difficiles que le pilotage d’un avion. »

Alan Fern

Ce résultat sur 100 mètres a pu être obtenu grâce à une collaboration profonde entre la conception du matériel, et une intelligence artificielle avancée mise au point pour le contrôle de ce matériel.

Jonathan Hurst, directeur de la technologie chez Agility Robotics et professeur de robotique dans l’État de l’Oregon, a qualifié l’exploit de « grand moment décisif ».

« C’est peut-être le premier robot bipède à apprendre à courir, mais ce ne sera pas le dernier. Je crois que les approches de contrôle comme celle-ci vont jouer un rôle important dans l’avenir de la robotique. Ce qui est passionnant dans cette course, c’est son potentiel. L’utilisation de politiques apprises pour le contrôle des robots est un domaine très nouveau, et ce sprint de 100 mètres montre de meilleures performances que d’autres méthodes de contrôle. Je pense que les progrès vont s’accélérer à partir de là. »

Jonathan Hurst

Retrouvez Ariel Paper sur les réseaux :


Derniers articles dans cette catégorie :