SpaceX et la Nasa étudient d’aller déplacer Hubble à la main

La nasa et spacex étudient d'aller éloigner Hubble pour le prolonger

La Nasa et SpaceX ont signé un accord pour étudier la faisabilité d’aller déplacer Hubble, et relancer sa carrière d’une vingtaine d’années.

Un nouvel accord entre la Nasa et SpaceX

L’entreprise SpaceX d’Elon Musk et la NASA ont signé un nouvel accord, le jeudi 22 septembre, afin d’étudier la faisabilité d’envoyer une équipe humaine, à bord d’une capsule SpaceX Dragon, à destination du télescope spatial Hubble. Le but : relancer la carrière du vénérable télescope d’une vingtaine d’année !

Capsule Dragon SpaceX Nasa Septembre 2022 Ariel Paper
Une capsule Dragon de SpaceX – © NASA

Les responsables de la NASA ont néanmoins averti que cet accord ne constituait pas une annonce de mission validée. Pour l’instant, il s’agit seulement d’une étude de faisabilité, visant à déterminer si une telle mission est envisageable, et raisonnable, compte tenu des différentes contraintes techniques.

Il parait légitime de supposer qu’un remorqueur spatial, sans équipage humain, serait plus adapté à une mission de déplacement orbitale, et il existe de nombreuses start-ups spatiales qui travaillent sur ce type de technologie.

Mais il semble que cette étude, d’une durée de six mois, soit une idée de SpaceX, et de leur partenaire, le programme Polaris de Jared Isaacman, et que les deux parties souhaitent que des humains soient impliqués. La Nasa Indique :

« SpaceX a proposé cette étude pour mieux comprendre les défis techniques associés aux missions d’entretien. Cette étude n’est pas exclusive et d’autres sociétés peuvent proposer des études similaires avec différentes fusées ou engins spatiaux comme modèle. »

NASA

Des enjeux techniques, plus que financiers

L’un des principaux objectifs de cette étude de faisabilité est d’explorer comment une capsule Dragon, avec un équipage humain, et éventuellement sous l’égide d’une mission du programme Polaris, pourrait se rendre et s’amarrer en toute sécurité à Hubble, avant de propulser le télescope spatial Hubble vers une orbite plus lointaine.

Bien que SpaceX ait une grande expérience de l’amarrage à la Station spatiale internationale, Jessica Jensen, qui occupe le poste de vice-présidente des opérations et de l’intégration des clients de SpaceX, a reconnu que Hubble représentait un défi totalement différent :

« Hubble est différent. Il est sur une orbite différente, une masse différente, un véhicule différent. Tout sera unique pour ce télescope ».

La mission s’inscrira probablement dans le cadre du programme Polaris, un programme de vols spatiaux privés, dirigé par Jared Isaacman, le milliardaire (qui avait fait fortune grâce à la société Shift4 Payments) qui s’était rendu dans l’espace via la mission Inspiration4. Cette mission, menée en partenariat avec SpaceX, avait été estimée à moins de 200 millions de dollars. Jared Isaacman aurait intégralement payé la facture.

La NASA indique aussi que cette mission, si elle devait avoir lieu, ne coûterait rien au contribuable américain. La NASA et SpaceX financeront chacun leur participation à l’étude, d’après Thomas Zurbuchen, du SMD de la NASA, sans toutefois préciser le coût de l’étude.

Prolonger Hubble

Véritable légende de l’astronomie, le télescope Hubble a perdu sa place de télescope spatial le plus puissant au monde, depuis que le télescope James Webb, plus récent et plus beaucoup plus évolué technologiquement, a été mis en orbite, et a ses premières images pendant l’été 2022. Mais les immenses contributions de Hubble à la science et au savoir mondial, au cours de ses 32 années d’existence, ne seront pas dépassées de sitôt : Hubble a réalisé plus de 1,5 million d’observations, et plus de 19 000 articles scientifiques (évalués par des pairs) ont été rédigés d’après ses informations, selon Patrick Crouse, responsable du projet Hubble.

Hubble SpaceX Nasa Accord septembre 2022 Ariel Paper
Le télescope Hubble – © NASA

Mais Hubble se trouve aujourd’hui à une distance de 535km au-dessus de la Terre, sur une orbite qui tend à se dégrader avec le temps, puisqu’il était à 565km en 1990. Alors, rebooster Hubble en allant le placer sur une orbite plus haute, et plus stable, à 70km de distance, pourrait permettre d’ajouter plusieurs années d’exploitation au télescope, toujours d’après Patrick Crouse.

Et, à la fin, la NASA indique prévoir de « désorbiter » ou « d’éliminer » Hubble, en toute sécurité.

Retrouvez Ariel Paper sur les réseaux :


Derniers articles dans cette catégorie :